28 mars 2013

Maroc : « En 2013, les transactions e-Commerce vont exploser ! »


Plusieurs gros sites seront bientôt lancés
Reste à finaliser le projet de loi sur l’économie numérique

El Amine Serhani Al Idriss, président de la Fnem: «Les assureurs devront s’adapter au marché du e-commerce en concevant des solutions dédiées aux cybermarchands»
   

- L’Economiste: Comment s’annonce le secteur en 2013?
- El Amine Serhani Al Idrissi: Nous nous attendons à une évolution à 200% du chiffre d’affaires enregistré en 2012 ! Cette explosion s’explique par le lancement de plusieurs gros sites de e-commerce avec de gros budgets de communication. Des cybermarchands vont étoffer leur catalogue, tels que Jumia, qui est passé de 2.000 références à 17.000. C’est le plus grand mall virtuel au Maroc! La Fédération vient d’ailleurs de signer une convention avec Maroc Taswiq pour la mise en ligne de près de 7.000 coopératives, pour la commercialisation de plus de 1.500 produits. De plus, la Fédération lancera bientôt un site pour la commercialisation de 40.000 produits d’artisanat de la région du Tafilalet.

- Quelles sont les futures tendances du e-commerce?
- Au cours des prochains mois, les modes de paiement des transactions en ligne seront révolutionnés, notamment via les solutions m-commerce. De plus, le mobile proximity permettra de régler des transactions de moins de 100 DH. Concrètement, le client sera automatiquement débité à partir de son mobile. Par ailleurs, les solutions mobile payment permettent actuellement le transfert d’argent, le paiement de factures, l’achat de produits et de services sur des sites e-commerce… Mais les trois opérateurs télécoms ne tarderont pas à proposer eux aussi des services de m-commerce. Les centres de traitement, que sont M2M et le CMI, ne seront pas en reste. Ils disposent déjà de la plateforme nécessaire et proposeront, dans un avenir proche, des solutions mobile. Le secteur du e-commerce sera également redynamisé avec l’arrivée d’un nouvel opérateur, en l’occurrence Fast Payment, qui proposera lui aussi des services mobile. Deux demandes d’interfaçage avec le CMI viennent d’être déposées. Ce qui portera à 4 le nombre d’opérateurs de paiement. Sans oublier Barid Al Maghrib qui se prépare à lancer son porte-monnaie électronique. Autant de facteurs qui ne manqueront pas de générer une nouvelle dynamique dans le secteur. Il faut noter également que si les opérateurs télécoms commencent à offrir des solutions de e-commerce, ils vont cartonner, sachant que Maroc Telecoms, par exemple, reste l’entreprise qui détient la plus grande base de données clients.

- Concrètement, qu’est-ce qui changera pour le consommateur?
- L’arsenal juridique concernant le consommateur est déjà complet. Il s’agit de la loi 31-08 relative à la protection du consommateur et la loi 09-08, portant sur la protection des données à caractère personnel. Il reste maintenant à finaliser un cadre juridique spécifique aux cybermarchands, qui sont toujours régis par le code du commerce et le code des obligations et contrats. La direction de l’économie numérique au sein du ministère du Commerce et de l’Industrie planche d’ailleurs actuellement sur un projet de loi.



Propos recueillis par Hassan EL ARIF
Source : L'économiste