14 déc. 2012

E-commerce : Les entreprises au Maroc investissent les réseaux sociaux


Les entreprises investissent les réseaux sociaux
Le salon DEVCOM 2012 fait la part belle à l'e-Marketing
Le social média marketing devient de plus en plus efficace

UNE campagne e-marketing se révèle aujourd’hui moins coûteuse et beaucoup plus efficace qu’une publicité classique : plus ciblée et permettant une analyse très précise sur les retours sur investissements. Même si les opérateurs font encore preuve de conservatisme, le cybermarketing se développe à une vitesse remarquable. Il n’est d’ailleurs pas anodin que le DEVCOM 2012 ait fait la part belle à la planète e-commerce.

«Si les seniors sont exclus, le fait que la population jeune soit aujourd’hui majoritaire et clairement tournée vers les réseaux sociaux stimule l’activité de la web communication. Même avec un budget limité, une agence peut aujourd’hui se tourner vers le netmarketing et assurer une présence non négligeable sur le segment ciblé» indique Mouad Jaouhari, directeur de Radium Web, agence E-marketing casablancaise.
La synergie des technique statistiques (de commerce de communication et technologies informatiques) doit répondre pour les opérateurs à deux principaux objectifs : conquête et  fidélisation de l’utilisateur. Le résultat attendu est la rentabilisation du service de données et de communication.

Le Social Media Marketing (SMM) se positionne aujourd’hui comme étant la «forme la plus puissante du e-marketing» selon les opérateurs. Avec 5 millions d’utilisateurs de Facebook et 84.000 tweets par mois, la communauté marocaine est l’une des plus connectée de la région MENA. Le ciblage des segments n’est donc pas une tâche difficile, d’autant plus que la différenciation média numérique et média classique n’a pas de sens pour les consommateurs. L’important est bien la présence de la marque, le nombre de points de contacts qu’elle parvient à établir avec ses publics et la façon dont elle s’exprime. «Etre attentif à ce que les consommateurs et prospects disent dans la blogosphère, «podcasts» et vidéos est un bon début, faire part de ces discussions est la seconde étape», indique Jouahri.

Aujourd’hui, les sites e-commerce se doivent de répondre à un cahier des charges précis selon les marketeurs du web.  Une définition claire des produits, avec un parcours du catalogue, une gestion des commandes qui permette une visualisation. Le mode de paiement doit également répondre aux critères d’intégration et de sécurisation. L’optimisation pour les moteurs de recherche et un outil de gestion des promotions sont enfin indispensables, avec un design personnalisé.

Abdessamad NAIMI
Source "L'Economiste"